L’Écosse est le premier pays au monde à rendre les protections périodiques gratuites

Santé

19/10/2021

L’Écosse a tranché. Le parlement a voté concernant la question « Devrions-nous rendre les protections périodiques gratuites ? ». Et la majorité a dit oui, un grand et ferme oui ! 112 députés ont voté favorablement et il n’y a eu qu’une seule abstention.

Le 26 Janvier 2020, cette nouvelle a ravi toutes les femmes écossaises. Ce vote est devenu un vrai symbole pour les femmes autour du monde, qui maintenant, veulent la même chose dans leurs pays.

Pixabay

Qui est à l’origine de cette proposition de loi ?

Monica Lennon, une députée écossaise.

La députée a eu le courage de dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas jusqu’à présent. Elle a même dit « Ce sont des produits de base, aucune femme en Ecosse ne devrait vivre sans protection périodique ».

Comment cette loi va-t-elle changer la vie des femmes écossaises ?

Eh bien, les protections féminines représentent d’énormes dépenses chaque année pour chaque femme. Entre les tampons, les serviettes hygiéniques et maintenant les cups mensturelles, chaque femme dépense en moyenne 23 500 € en protections périodiques dans sa vie. Oui, c’est énorme.

L’Ecosse a voté pour les rendre gratuites. Le gouvernement a promis de fournir des protections hygiéniques dans chaque lieu public (magasins, centres commerciaux, aéroports…). Grâce à ça, les femmes n’auront plus qu’à venir et à prendre autant qu’elles en ont besoin. Quelle évolution ! 

Et ce n’est pas tout. Chaque pharmacie et chaque centre de santé sera fourni en protections menstruelles. Les Ecossaises auront juste à venir les demander.

Quel sera le coût pour le pays ?

Bien sûr, ce n’est pas gratuit de donner des protections menstruelles à chaque femme du pays. Par année, le coût est estimé à… attention… 28 millions d’euros ! 

Et ensuite ?

Maintenant que la loi a été votée, le parlement doit encore se rassembler pour fixer les amendements, les tenants ainsi que les aboutissements de cette loi. 

Maintenant, plus qu’à voir ce que le futur va apporter et si d’autres pays vont agir de la même façon…